Comment optimiser fiscalement son foyer fiscal et ses revenus ?

9 mai 2022 | Fiscalité

Une majorité de Français jugent spontanément le niveau des impôts trop élevé. Un jugement qui semble être partagé, quel que soit le niveau de revenu.

En effet, le poids des prélèvements fiscaux et sociaux en France est l’un des plus élevés au sein des pays de l’OCDE.

Face à ce constat, nombreux sont celles et ceux qui s’interrogent sur les diverses opportunités d’optimiser fiscalement son foyer fiscal et ses revenus.

L’optimisation de son foyer fiscal

L’impôt sur le revenu est calculé selon un barème dit progressif : ce qui a pour conséquence que plus votre revenu est important, plus vous serez imposé dans une tranche haute, à savoir 30 %, 41 % voire 45 % au maximum.

Les revenus du foyer sont mis en commun, puis divisés par le nombre de parts fiscales composant le foyer fiscal. Le montant ainsi obtenu va déterminer la tranche du barème dans laquelle vos revenus seront imposés au maximum.

L’union « officielle » permet donc d’augmenter le nombre de parts de votre foyer fiscal et donc a priori de limiter l’impact de la « progressivité » de l’impôt.

Trois exemples sont étudiés ci-dessous.

1/Faut-il se marier ou se pacser pour payer moins d’impôt ?

Une étude de l’Insee montre que le fait de se marier ou de se pacser permet à 7,1 millions de ménages de payer moins d’impôt. Parmi eux, certains deviennent même non imposables.

Cependant, contrairement à ce qu’affirme la croyance populaire, s’unir ne fait pas forcément baisser la note fiscale pour les contribuables concernés.

Nous pouvons catégoriser ces situations en 3 groupes de couples :

Les gagnants : ceux qui perçoivent des revenus très différents. 

Les neutres : ceux qui ont des revenus très similaires.

Les perdants : ceux qui peuvent bénéficier de la décote ou ceux qui plafonnent le montant des réductions et crédits d’impôt.

2/Rattachement d’enfant majeur ou détachement avec pension alimentaire versée

Les contribuables qui ont des enfants entre 18 et 25 ans (jusqu’à 21 ans si votre enfant ne fait pas d’études et jusqu’à 25 ans s’il poursuit ses études) peuvent choisir de les rattacher ou non à leur foyer fiscal.

Nous allons étudier les avantages de chacune des situations.

Je choisis de rattacher mon enfant à mon foyer fiscal.

L’enfant permet d’augmenter le nombre de parts (une demi-part pour les deux premiers, une part supplémentaire pour le troisième) ce qui vient diminuer le montant de l’impôt.

En contrepartie de ces avantages, il faut prendre en compte le fait que les revenus de l’enfant s’ajouteront pour le calcul de l’impôt s’ils dépassent trois fois le SMIC (4 690 € par an).

Je décide de sortir mon enfant majeur du foyer fiscal.

Évidemment, vous perdez les avantages présentés ci-dessus, mais vous gagnez les suivants : vous n’êtes plus imposé sur les revenus perçus par votre enfant et vous pouvez déduire une pension.

Alors, pour quel choix opter ?

– si vous ne versez rien à votre enfant majeur, que ses revenus ne sont pas imposés et qu’il ne vit pas sous votre toit, il faut opter pour le rattachement ;

– si votre revenu imposable est inférieur à 25 000 € par part fiscale (revenus imposables de l’enfant compris), il y a de grandes chances pour que le rattachement de l’enfant soit la bonne solution ;

– enfin, si vous avez 2 enfants en plus de l’enfant majeur, le rattachement de l’enfant majeur procurant une part supplémentaire (et non une demi-part) apparaît donc la solution optimisante. 

3/Déduction des aides apportées par un enfant à ses parents

Les enfants sont tenus à une obligation alimentaire vis-à-vis de leurs père et mère ou autres ascendants (article 205 du Code civil).

Cette obligation couvre tout ce qui est nécessaire à la vie courante de l’ascendant, à savoir les dépenses d’hébergement, de nourriture, de soins médicaux ou encore de vêtements.

Elle est due par les enfants, les petits-enfants, les gendres et belles-filles. En revanche, l’obligation alimentaire ne pèse pas sur les parents collatéraux, à savoir les frères et les sœurs.

Les descendants qui versent une pension alimentaire à leur ascendant ont la possibilité de déduire le montant de cette pension de leurs revenus imposables.

L’optimisation fiscale de ses revenus


Le but de l’optimisation est de recevoir le maximum de revenus, tout en réduisant l’assiette taxable (revenu catégoriel net). Il s’agit donc de l’écart entre revenus économiques et revenus fiscaux

Plusieurs pistes peuvent être proposées :

– Les revenus du travail : pour les salariés, si les frais réels dépassent 10 % des revenus du travail, alors il est préférable d’opter pour les frais réels (justificatifs à conserver : cantine, carburant, tenue de travail, etc.) plutôt que l’abattement forfaitaire de 10 % ;

– Les revenus locatifs : les revenus locatifs peuvent être imposés dans 3 catégories différentes, selon leur nature : BIC (location meublée), BNC (sous-location), ou revenus fonciers (location nue). Généralement, la location meublée (statut LMNP) est la plus intéressante pour profiter de la fiscalité BIC au réel et avoir une assiette taxable à 0 € sur ses revenus locatifs ;

– Les revenus de capitaux mobiliers et plus-values mobilières : il faut privilégier les placements appelés « niches fiscales » tels que l’assurance vie, le plan d’épargne en actions (PEA) et le plan d’épargne retraite (PER). En effet, ils permettent de faire travailler son capital sans « friction fiscale », c’est-à-dire sans que les gains annuels soient imposés contrairement aux gains sur livret fiscalisé et aux comptes-titres ordinaires (qui sont imposés chaque année).

Lors de la sortie d’argent de ces contrats après 8 ans pour l’assurance vie et après 5 ans pour le PEA, les gains générés sont exonérés d’impôt sur le revenu. Il est donc recommandé de prendre date au plus tôt sur une assurance vie et/ou un PEA pour faire tourner le compteur des années et profiter plus vite de la défiscalisation des gains.

– Les plus-values immobilières : elles sont exonérées après 22 ans de détention, il s’agit de l’abattement pour durée de détention.

Chez EXCEL MY FI®, nos conseils, basés sur une expertise pointue, concourent à l’optimisation fiscale de votre patrimoine. 

Toutes les pistes possibles sont explorées tant sur la taxation de vos revenus que sur celle de vos actifs et des solutions adaptées à vos besoins, vous sont proposés.


Nous ne vendons aucun produit financier et d’assurance.

TOUT SAVOIR SUR LA FISCALITÉ

Parce que le sujet est vaste et que vos questions sont nombreuses, nos experts en fiscalité ont créé pour vous un guide fiscal gratuit qui répond aux questions les plus posées.

Comment remplir sa déclaration d’impôt ? Comment optimiser son foyer fiscal et ses revenus ? Téléchargez le gratuitement.

CONTACTEZ-NOUS

Vous aimeriez obtenir des réponses à certaines de vos questions ?

Remplissez ce formulaire et un Family Officer EXCEL MY FI® vous recontacte dans les plus brefs délais.

AUDIT

Demander un audit avec EXCEL MY FI